> Revue Sciences De Gestion DRecherche

RÉSUMÉS du Numéro 62 - Abonnement 2009 - FRANCAIS

Revue "Recherches en Sciences de Gestion - Management Sciences - Ciencias de Gestión" - ISBN 2259-6372
Chaque article a des résumés en français, anglais et espagnol 

ARTICLE 1

Gestion de l’incertitude et cadrage
juridique des filiales :
une analyse de l’utilisation de la Société
par Actions Simplifiée

Résumé :

Cette recherche s’intéresse à la relation entre la gestion de
l’incertitude et le cadrage juridique des filiales. Les auteurs
examinent l’utilisation de la Société par Actions Simplifiée (SAS) pour
des filiales détenues à 100 % , dans le cadre du développement
international des entreprises. L’étude empirique réalisée est fondée
sur un échantillon de 133 groupes français et étrangers, qui ont
constitué des filiales, en France, sous forme de SAS. Elle montre que
la perception des bénéfices associés à la SAS varie en fonction de
l’éloignement géographique du groupe d’appartenance. Il apparaît
que la distance entre le pays d’implantation de la filiale et le pays
d’origine de la société-mère diminue les avantages inhérents à la SAS.

par Jean-Baptiste Cartier
Maître de Conférences à l’I.A.E. de Lyon, Université Lyon 3
Ulrike Mayrhofer
Professeur des Universités à l’I.A.E. de Lyon, Université Lyon 3

ARTICLE 2

L’apprentissage réalisé en gestion de projet :
Accumulation d’expérience et formalisation dans les standards de développement

Résumé :

Cet article propose une analyse des effets de l’apprentissage
réalisé en gestion de projets à travers l’accumulation des expériences
et la formalisation dans les standards de développements de produits
nouveaux. Après l’étude de la manière selon laquelle l’entreprise
enregistre les expériences réalisées lors des projets, cette interaction
entre apprentissage et projet est modélisée afin de la soumettre à une
évaluation. Les effets de l’apprentissage réalisé en projets en termes
de durée et de coûts de développement, de qualité du produit
développé et de probabilité de succès du projet sont vérifiés.

par Sabine Cullmann
Docteur en sciences de gestion
Ecole de Management Strasbourg

ARTICLE 3

L’apport de l’audit social dans la mise en oeuvre des
changements liés à l’instauration d’une politique de
Responsabilité Sociale d’Entreprise

Résumé :

La conception traditionnelle de l’entreprise est remise en cause
par des engagements éthiques, de citoyenneté ou de responsabilité
sociale. Cette mutation progressive volontaire ou imposée, place
l’organisation devant une évolution certaine.
Que ce soit pour répondre à des impératifs de pressions d’ordre
social, économique, environnemental, ou qu’il s’agisse de traduire
des valeurs et convictions personnelles, l’engagement de l’entreprise
dans une stratégie de « Responsabilité Sociale » induit des initiatives
nouvelles et multiples.
Les anticiper, les accompagner ou les contrôler, est une nécessité
car les changements sont toujours sources de risques si ces trois
phases ne sont pas encadrées. Pour répondre à ces préoccupations,
un outil paraît particulièrement adapté, il s’agit de l’audit social.
Cet article envisagera son rôle au bénéfice d’une démarche
d’engagement de l’organisation dans une politique de « responsabilité
sociale d’entreprise » ou « RSE ».

par Nicole Barthe
Professeur des Universités
Université Nice Sophia-Antipolis

ARTICLE 4

Les études statistiques dans la sociologie néoinstitutionnelle : vers une classification
des variables explicatives ?

Résumé :

Les variables institutionnelles selon les trois isomorphismes de
DiMaggio et Powell (1983) ont été largement explorées dans la
littérature néoinstitutionnaliste (Mizruchi et Fein, 1999). Cet article
se propose alors d’aider le chercheur dans cette démarche en
proposant une classification des variables explicatives utilisées dans
les études statistiques, et dont la construction théorique s’appuie sur
les théories néoinstitutionnalistes. Ainsi, nous procédons tout d’abord
au repérage des variables utilisées par les chercheurs s’inscrivant
dans la sociologie néoinstitutionnelle ; nous les décrivons pour les
ordonner selon deux axes : le niveau d’analyse et l’univers de
référence. L’analyse de ces études nous donne l’opportunité
d’identifier trois univers institutionnels de référence récurrents au fil
du temps : le professionnel, l’économique et le social. Chacun
correspond à une synthèse de variables explicatives néoinstitutionnelles.
Nous utilisons ces trois univers comme grille
d’analyse dans la lecture des variables indépendantes des études
statistiques, ce qui nous amène à repérer quatre niveaux d’analyse :
l’individu, l’organisation, l’environnement et le réseau.

par Bérangère Szostak Tapon
Maître de Conférences
Université Lyon 2, COACTIS
Audrey Becuwe
Enseignant-chercheur, OCRE- EDC Paris

 

 

 

> Revenir à la liste des Revues Sciences de gestion

> Voir le résumé du Numéro 61

 
Contacts I Equipe I Presse I Chiffres clésIRéalisations1975 2015 I Activités I Plaquette ISEOR I Mentions légales
Dernière mise à jour : 19/02/2013
Copyright ©ISEOR 1999